Volume 11, Blavatsky Collected Writings Page 170

SIGNAL DE DANGER

[La Revue Théosophique, Paris, Vol. I, No. 2, 21 avril, 1889, pp. 1-8]
«Les Initiés sont sûrs de venir dans
la compagnie des Dieux».
—SOCRATE, dans le Phédon.*

Dans le premier numéro de la Revue Théosophique, au début de la belle conférence faite par notre frère et collègue, l’érudit secrétaire-correspondant de la S. T. Hermès, nous lisons en note (note 2, p. 23):

Nous désignons sous le terme d’Initié tout chercheur possédant les données élémentaires de la Science occulte. Il faut se garder de confondre ce terme avec celui d’Adepte qui indique le plus haut degré d’élévation auquel l’Initié puisse parvenir. Nous avons en Europe beaucoup d’Initiés; je ne pense pas qu’il existe d’Adepte comme en Orient.

Étrangère au génie de la langue française, ne possédant même pas sous la main un dictionnaire d’étymologie, il m’est impossible de dire si cette double définition est autorisée en français, excepté dans la terminologie des Francs-Maçons. Mais en anglais, comme d’après le sens que l’usage a sanctionné parmi les théosophes et les occultistes aux Indes, ces deux termes ont un sens absolument différent de celui que leur a donné l’auteur; je veux dire que la définition donnée par M. Papus au mot Adepte est celle qui s’applique au mot Initié, et vice-versa.
Je naurais Jamais pensé à relever cette erreur,—aux yeux des théosophes, du moins,—si elle ne menaçait à mon avis de jeter dans l’esprit des abonnés de notre Revue une confusion fort regrettable pour l’avenir.
Employant,—comme je le fais la première,—ces deux qualificatifs dans un sens tout à fait opposé à celui que leur
––––––––––
* [Platon, Phédon, 69 C.]
––––––––––

 

Page 171

prêtent les Maçons et M. Papus, il en résulterait certainement des quiproquos qui doivent être évités à tout prix. Comprenons-nous d’abord nous-mêmes, si nous voulons être compris de nos lecteurs.
Arrêtons-nous à une définition fixe et invariable des termes que nous employons en théosophie; car autrement, au lieu de l’ordre et de la clarté, nous n’apporterions dans le chaos des idées du monde des profanes qu’une confusion encore plus grande.
Ne connaissant pas les raisons qui ont décidé notre savant confrère à employer les termes susdits de la manière qu’il fait, je me contente de m’en prendre aux «Fils de la Veuve» qui en font usage dans un sens tout à fait inverse du sens véritable.
Tout le monde sait que le mot «Adepte» nous vient du latin Adeptus. Ce terme est dérivé de deux mots—ad, «du» ou «de», et apisci, «poursuivre» (sanscrit, âp).
Un Adepte serait donc une personne versée dans un art ou dans une science quelconque, l’ayant acquis d’une manière ou d’autre. Il s’ensuit que cette qualification peut s’appliquer aussi bien à un adepte en astronomie, qu’à un adepte dans l’art de faire des pâtés de foies gras. Un cordonnier comme un parfumeur, l’un versé dans l’art de faire des bottes, l’autre dans l’art de la chimie,—sont des «adeptes».
Il en est autrement pour le terme d’Initié. Tout Initié doit être un adepte dans l’occultisme; it doit le devenir avant d’être initié dans les Grands Mystères. Mais tout adepte n’est pas toujours un Initié. Il est vrai que les Illuminés se servaient du terme Adeptus en parlant d’eux-mêmes, mais ils le faisaient dans un sens général:—par ex. dans le septième degré de l’ordre du Rite de Zinnendorf. Ainsi, on employait les termes Adoptatus, Adeptus Coronatus dans le septième degré du Rite suédois; et Adeptus Exemptus dans le septième degré des Rose-Croix. Ceci était une innovation du moyen-âge. Mais aucun véritable Initié des Grands (ou même des Petits) Mystères, n’est appelé dans les ouvrages classiques Adeptus, mais Initiatus, en latin, et Epopte, , en grec. Ces mêmes Illuminati ne traitaient d’initiés que ceux de leurs frères qui étaient plus instruits

 

Page 172

que tous les autres dans les mystères de leur Société. Ce n’était que les moins instruits qui avaient nom Mystes et Adeptes, attendu qu’ils n’avaient encore été admis que dans les degrés inférieurs.
Passons maintenant au terme «initié».
Disons d’abord qu’il y a une grande différence entre le verbe et le substantif de ce mot. Un professeur initie son élève aux premiers éléments d’une science quelconque, science dans laquelle cet élève peut devenir adepte, c’est-àdire versé dans sa spécialité. Par contre, un adepte de l’occultisme est d’abord instruit dans les mystères religieux; après quoi, s’il a la chance de ne pas succomber pendant les terribles épreuves initiatiques, il devient un INITIÉ. Les meilleurs traducteurs des classiques rendent invariablement le mot grec par cette phrase: «Initié dans les Grands Mystères»; car ce terme est synonyme de Hiérophante, , «celui qui explique les mystères sacrés». Initiatus chez les Romains était l’équivalent du terme Mystagôgos et tous deux étaient absolument réservés à celui qui, dans le Temple, initiait aux plus hauts mystères. Il représentait alors, figurativement, le Créateur universel. Nul n’osait prononcer ce nom devant un profane. La place de «l’Initiatus» était à l’Orient, où il se tenait assis, un globe en or suspendu au cou. Les Francs-Maçons ont essayé d’imiter le Hiérophante-Initiatus dans la personne de leurs «Vénérables» et Grands-Maîtres des Loges.
Mais l’habit fait-il le moine?
Il est à regretter qu’ils ne s’en soient pas tenus à cette seule profanation.
Le substantif français (et anglais) «initiation» étant dérive du mot latin initium, commencement, les Maçons, avec plus de respect pour la lettre morte qui tue, que pour l’esprit qui vivifie, ont appliqué le terme «initié» à tous leurs néophytes ou candidats,—aux commençants,—dans tous les degrés de la Maçonnerie,—les plus élevés comme les plus inférieurs.
Pourtant, ils savaient mieux que personne que le terme Initiatus appartenait au 5e et au plus haut degré de l’ordre des Templiers; que le titre d’Initié dans les mytères était le

 

Page 173

21er degré du chapitre métropolitain en France; de même que celui d’Initié dans les profonds mystères indiquait le 62e degré du même chapitre. Sachant tout cela, ils s’en appliquèrent pas moins ce titre sacré et sanctifié par son ancienneté, à leurs simples candidats,—les bambins, parmi les «Fils de la Veuve».—Mais, parce que la passion pour les innovations et les modifications de tout genre fit accomplir aux Maçons ce qu’un occultiste de l’Orient regarde comme un véritable sacrilège, est-ce une raison pour que les Théosophes acceptent leur terminologie?
Nous autres, disciples des maîtres de l’Orient, nous n’avons rien à voir avec la Maçonnerie moderne. Les vrais secrets de la Maçonnerie symbolique sont perdus,—comme Ragon le prouve fort bien, d’ailleurs. La clef de voûte, la pierre centrale de l’arche bâtie par les premières dynasties royales des Initiés,—dix fois préhistoriques,—s’est trouvée ébranlée depuis l’abolition des derniers mystères. L’œuvre de destruction, ou plutôt d’étranglement et d’étouffement commencée par les Césars, a été achevée finalement, en Europe, par les Pères de l’Église.—Importée, encore une fois, depuis, des sanctuaires de l’Extrême-Orient, la pierre sacrée fut lézardée et enfin brisée en mille morceaux.
Sur qui faire retomber le blâme pour ce crime?
Est-ce sur les Francs-Maçons,—les Templiers surtout,— persécutés, assassinés et violemment dépouillés de leurs annales et de leurs statuts écrits?—Est-ce sur l’Eglise, qui, s’étant approprié les dogmes et rituels de la maçonnerie primitive, tenait à faire passer ses rites travestis pour la seule VÉRITÉ et résolut d’étouffer cette dernière?
Toujours est-il que ce ne sont plus les Maçons qui ont toute la vérité,—soit qu’on jette le blâme sur Rome ou sur l’insecte Shermah,* du fameux temple de Salomon que la

––––––––––
* D’après une tradition juive, les pierres qui ont servi à bâtir le temple de Salomon (un symbole allégorique pris à la lettre, dont on a fait un édifice réel), n’ont pas été taillées ni polies de main d’homme, mais par un ver, nommé Samis, créé par Dieu, à cet effet. Ces pierres furent transportées miraculeusement sur le lieu où devait s’élever le temple et cimentées ensuite par les anges qui élevèrent le temple de Salomon. Les Maçons ont introduit le Ver Samis dans leur histoire légendaire et l’appelent «l’insecte Shermah».
––––––––––

 

Page 174

Maçonnerie moderne revendique comme base et origine de son ordre.
Pendant des décades de milliers d’années, l’arbre généalogique de la science sacrée que les peuples possédaient en commun, fut le même,—puisque le temple de cette science est UN et qu’il est bâti sur le roc inébranlable des vérités primitives. Mais les Maçons des deux derniers siècles ont préféré s’en détacher. Encore une fois, et appliquant, cette fois-ci, la pratique à l’allégorie, ils ont brisé le cube, qui s’est divisé en douze parties. Ils ont rejeté la vraie pierre pour la fausse, et quoi qu’ils fissent de la première,—leur pierre angulaire,—ce ne fut certes point selon l’esprit qui vivifie, mais selon la lettre morte qui tue.
Est-ce encore le Ver Samis (alias «l’insecte Shermah»), dont les traces sur la pierre rejetée avaient déjà induit en erreur les «bâtisseurs du Temple», qui rongea les mêmes lignes?—Mais, cette fois, ce qui fut fait, le fut en connaissance de cause.—Les bâtisseurs devaient connaître le total* par cœur, à voir les treize lignes ou cinq surfaces.
N’importe!—Nous autres, fidèles disciples de l’Orient, nous préférons à toutes ces pierres une pierre qui n’a rien à faire avec toutes les autres mômeries des degrés maçonniques.
Nous nous en tiendrons à l’eben Shetiyyah (ayant un autre nom en sanscrit), le cube parfait qui, tout en contenant le delta ou triangle, remplace le nom du Tetragrammaton des Kabalistes, par le symbole du nom incommunicable.
Nous laissons volontiers aux Maçons leur «insecte»; tout en espérant pour eux que la symbologie moderne, qui marche à pas si rapides, ne découvrira jamais l’identité du Ver Shermah-Samis avec Hiram Abif,—ce qui serait assez embarrassant.
––––––––––
* Ce total est composé d’un triangle isocèle biséqué,—trois lignes,— le bord du cube étant la base; deux carrés biséqués diagonalement, ayant chacun une ligne perpendiculaire vers le centre,—six lignes;— deux lignes droites à angles droits; et un carré diagonalement biséqué,—deux lignes;—total 13 lignes ou 5 surfaces du cube.
––––––––––

 

Page 175

Cependant, et après réflection, la trouvaille ne serait pas sans avoir son côté utile et ne manquerait pas d’un grand charme.—L’idée d’un ver qui serait à la tête de la généalogie maçonnique et l’Architecte du premier temple des Maçons, ferait aussi de ce ver le «père Adam» des Maçons, et ne rendrait les «Fils de la Veuve» que plus chers aux Darwinistes. Cela les rapprocherait de la Science moderne, laquelle ne cherche que des preuves de nature à fortifier la théorie de l’évolution Héckelienne.—Que leur importerait, après tout, une fois qu’ils ont perdu le secret de leur vraie origine?
Que personne ne se récrie devant cette assertion, qui est un fait bien constaté. Je me permet de rappeler à MM. les Maçons qui pourraient lire ceci, qu’en ce qui touche la Maçonnerie ésotérique, presque tous les secrets ont disparu depuis Élie (Elias) Ashmole et ses successeurs immédiats. S’ils cherchent à nous contredire, nous leur dirons, comme Job: «C’est ta bouche qui te condamne, et non pas moi, et tes lèvres témoignent contre toi» (xv, 6).
Nos plus grands secrets furent jadis enseignés dans les loges maçonniques, dans l’Univers entier. Mais leurs grands maîtres et Gourous périrent l’un après l’autre; et tout ce qui resta inscrit dans des manuscrits secrets,—comme celui de Nicolas Stone, par exemple, détruit en 1720 par des frères scrupuleux,—fut mis au feu et anéanti, entre la fin du XVIIme siécle et le commencement du XVIIIme en Angleterre, de même que sur le continent.
Pourquoi cette destruction?
Certains frères, en Angleterre, se disent à l’oreille, que cette destruction fut la suite d’un pacte honteux passé entre certains Maçons et l’Église. Un «frère» agé, grand kabaliste, vient de mourir ici, dont le grand-père, Maçon célèbre, fut l’ami intime du comte de Saint-Germain, lorsque ce dernier fut envoyé, dit-on, par Louis XV, en Angleterre, en 1760, pour négocier la paix entre les deux pays. Le comte de SaintGermain laissa entre les mains de ce Maçon certains documents concernant l’histoire de la Maçonnerie, et contenant les clefs de plus d’un mystère incompris. Il le fit à condition que ces documents deviendraient l’héritage

 

Page 176

secret de tous ceux de ses descendants qui seraient Maçons. Ces papiers ne profitèrent qu’à deux Maçons, d’ailleurs: au père et au fils, celui qui vient de mourir, et ne profiteront plus à personne, en Europe. Avant sa mort, les précieux documents furent confiés à un Oriental (un Indou) qui eut pour mission de les remettre à une certaine personne qui viendrait les chercher à Amritsar—ville de l’Immortalité. On se dit en secret aussi que le célèbre foundateur de la loge des Trinosophes, J. M. Ragon, fut aussi initié à beaucoup de secrets, en Belgique, par un Oriental,—et il y en a qui assurent qu’il connut dans sa jeunesse Saint-Germain. Ceci expliquerait peut-être pourquoi l’auteur du Tuileur général de la Franc-Maçonnerie, ou Manuel de l’Initié, affirma qu’Élie Ashmole fut le vrai fondateur de la Maçonnerie moderne. Personne ne savait mieux que Ragon l’étendue de la perte des secrets maçonniques, comme il le dit bien lui-même:
«Il est de l’essence et de la nature du Maçon de chercher la lumière partout où il croit pouvoir la trouver», annonce la circulaire du Grand Orient de France. «En attendant», ajoute-t-il, «on donne au Maçon le titre glorieux d’enfant de la lumière, et on le laisse enveloppé de ténèbres»!*
Donc, si, comme nous le pensons, M. Papus a suivi les Maçons dans sa définition des termes Adepte et Initié, il a eu tort, car on ne tourne pas vers les «ténèbres», lorsqu’on est soi-même dans un rayon de lumière. La théosophie n’a rien inventé, rien dit de neuf, ne faisant que répéter fidèlement les leçons de la plus haute antiquité. La terminologie, introduite, il y a quinze ans, dans la S.T. est la vraie, car dans chaque cas ses termes sont une fidèle traduction de leurs équivalents sanscrits, presque aussi vieux que la dernière race humaine. Cette terminologie ne pourrait être modifiée, à cette heure, sans risquer d’introduire dans les enseignements théosophiques un chaos aussi déplorable que dangereux pour leur clarté.
Rappelons-nous surtout ces paroles si vraies de Ragon:
––––––––––
* Cours philosophique, etc., pp. 59-60.
––––––––––

 

Page 177

L’Initiation eut l’lnde pour berceau. Elle a précédé la civilisation de l’Asie et de la Grèce: et en polissant l’esprit et les mœurs des peuples, elle a servi de base à toutes les lois civiles, politiques et religieuses.
Le mot initié est le même que dvija, le Brâhme «deux fois né». C’est-à-dire que l’initiation était sonsidérée comme naissance dans une nouvelle vie, ou, comme dit Apulée, c’est «la résurrection à une nouvelle vie, novam vitam inibat . . .»*
A part ceci, la conférence de M. Papus sur le cachet de la Société Théosophique est admirable, et l’érudition qu’il y montre est fort remarquable. Les membres de notre Fraternité lui doivent de sincères remerciements pour des explications aussi claires et justes qu’elles sont intéressantes.
H. P. BLAVATSKY.
Londres, mars, 1889.
––––––––––
* [See Compiler’s footnote appended to this paragraph in the English translation of this artiele, which immediately follows.—Compiler.]
––––––––––